dimanche 27 janvier 2013

L'engagement dans un programme: un facteur important de la réadaptation

Selon Yvan Campbell, kinésiologue spécialisé en douleur chronique et membre fondateur de l'Institut de kinésiologie du Québec, il existe trois principaux facteurs à la réussite d'un programme de conditionnement physique. Comme nous le verrons plus tard, cela pourrait avoir un énorme impact sur la récupération des personnes souffrant de douleur chronique.

Ces trois facteurs sont représentés dans cette pyramide. En ordre croissant d'importance, nous retrouvons les méthodes d'entraînement, l'encadrement et le système de motivation.


En effet, aucune méthode d'entraînement, peu importe son efficacité ou sa popularité, ne suffira à convaincre une personne de continuer son programme de remise en forme si la motivation n'y est plus.


"La motivation dans le cadre d’une activité physique 
est la composante la plus importante du programme parce 
que justement l’activité physique peut aider un individu à 
rester en bonne santé si, et seulement si, l’activité est 
pratiquée de façon régulière."Yvan Campbell



Deux principales sources de motivation 
La motivation extrinsèque 

Représente les sources de motivation provenant de l'extérieur, que ce soit les amis, la famille, l'environnement, des changements physiques, etc. 

Les facteurs de motivation extrinsèque sont cruciaux en début de programme, puisqu'ils facilitent la pratique de l'activité en la rendant plus accessible et plus amusante. Par exemple, le fait d'habiter ou de travailler à proximité du lieu d'entraînement élimine l'excuse du temps de transport pour sauter l'activité. De même, le fait d'avoir des encouragements des proches (conjoint-e, collègues, amis), de s'entraîner en petit groupe et de se fixer de petits objectifs à court terme améliore les chances d'adoption du programme.


"La moitié des gens qui initient un programme d’exercices physiques 
abandonnent dans les premiers six mois et si on leur demande pourquoi 
ils ont abandonné, la majorité de ces personnes vous répondront 
qu’elles n’avaient plus de motivation." Yvan Campbell


La motivation intrinsèque 

Provient de la personne même. Peut être ressentie comme un besoin de dépassement de soi, un bien-être ressenti suite à l'activité, un désir intense de pratiquer l'activité en question, etc.

Après six mois, l'activité devient presque une habitude et demande beaucoup moins d'effort de motivation. C'est alors que les facteurs extrinsèques deviendront intrinsèques. C'est donc dire que la motivation proviendra en majeure partie des sensations et du plaisir ressenti pendant et après l'activité. Si l'activité continue d'être pratiquée régulièrement et qu'elle offre une certaine variété, il est pratiquement assuré qu'elle restera ancrée dans le mode de vie de l'individu.

Impact sur la réadaptation

Ce résumé de l'article de M. Campbell montre que la motivation peut avoir un énorme impact sur la pratique d'activités physiques, même chez les personnes en réadaptation. Comme les individus qui souffrent de douleur chronique se font souvent prescrire des programmes de remise en forme ou d'activation dans le but d'améliorer leur condition, il est primordial de considérer les facteurs extrinsèques et intrinsèques qui pourraient les accrocher. Il sera alors plus facile pour eux de s'investir dans leur programme et les résultats ne pourront qu'être positifs sur leur condition.

Références

Institut de kinésiologie du Québec: http://www.yvanc.com

Pour en savoir plus

Alberta Center for Active Living: http://www.centre4activeliving.ca
Intrinsic Motivation and Exercise:
londonmet.ac.uk/fms/LondonMet/Academic%20Admin/AIU/Cousework/2009/ReAssesments/n-o/NF/2/NF1008N%20Behavioural%20Studies%20-%20Ryan%20et%20al%20(1997).pdf

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire